Menu

YInMn, le nouveau bleu

Design

YInMn, le nouveau bleu

YInMn, le nouveau bleu

On pourrait d’emblée penser à l’anthropométrie d’Yves Klein mais il n’en est rien. Un nouveau pigment vient officiellement de trouver sa place dans la gamme des bleus.

En 2009, la sérendipité scientifique a permis à des chercheurs de découvrir cette couleur inédite. Le chimiste Mas Subramanian de l’Université du Oregon est tombé sur un bleu exceptionnel. Il s’agissait à l’époque d’une découverte tout à fait fortuite puisque les chercheurs testaient simplement les propriétés électroniques de l’oxyde de manganèse.

Appelé YInMn en rapport à sa composition : Yttrium, Indium et Manganèse. Cette nouvelle solution obtenue accidentellement, a été générée grâce au mélange de l’oxyde de manganèse et divers produits chimiques, chauffés à 2000° Fahrenheit. Celui-ci se distingue par d’étonnantes propriétés qui le rendent parfait, d’où son surnom en anglais « perfection ». La science a déterminé deux critères pour évaluer la qualité des couleurs : durabilité et sécurité. Le bleu YInMn possède justement les deux critères tandis que d’autres bleus ne peuvent prétendre à cette qualité. Par exemple, le bleu de cobalt peut être cancérigène et le bleu de Prusse peut libérer du cyanure.

YInMn est respectueux de l’environnement et plus durable que le bleu ultramarine. Il reste stable à des températures élevées et ne se décolore jamais même après une semaine de bain acide. Il reste stable à des températures élevées, et ne se décolore pas après une semaine dans un bain acide. On peut aisément affirmer que ce nouveau bleu découvert en 2009 est objectivement le bleu le plus qualitatif au monde. Après sa découverte, de nombreux artistes et institutions d’art ont rapidement été intéressés.

williambaudouin
Share